Publicité
Accueil
Flash info

Accédez au dernier numéro du 7
en ligne

Publicité
cliquez ici >
Publicité




Bloc-notes


Enquête


Cinéma :

Luchini sauve Henri Pick

Pour son sixième long-métrage, qui oscille entre comédie et polar littéraire, Rémi Bezançon s’est offert un casting haut de gamme : Fabrice Luchini versus Camille Cottin. Sur le papier, la confrontation est prometteuse. Elle tient ses promesses et, malheureusement, le film tout entier.

Si Fabrice Luchini n’existait pas... Le Mystère Henri Pick aurait été élucidé, certes, mais l’intrigue aurait de toute évidence perdu de sa saveur à l’écran. 

Inspiré du roman éponyme de David Foenkinos, le sixième long-métrage de Rémi Bezançon évoque un manuscrit prétendument signé par feu le pizzaiolo d’un petit village breton, Henri Pick, que personne n’a jamais vu lire ou écrire. Improbable mais poétique.

Le texte est exhumé par une jeune éditrice qui le découvre fortuitement dans la « salle des manuscrits refusés » qu’abrite la petite bibliothèque locale. Re-improbable mais inventif.

Les Dernières heures d’une histoire d’amour, publié à titre posthume, connaît un véritable succès de librairie. Pourquoi pas...  Mais Jean-Michel Rouche, critique littéraire et animateur télé largement inspiré de Bernard Pivot, François Busnel et consorts, crie à l’imposture. Alors, entre Paris et la Bretagne, en fin limier de la syntaxe et des mots, il décide de mener l’enquête... Et Luchini jubile. Il barbote avec bonheur dans ce polar littéraire à la narration lente, voire poussive, qu’il rehausse de son inénarrable verve. Le costume de critique lui va si bien. La répartie de Camille Cottin, la fille d’Henri Pick à l’écran, fait le reste. 

A condition de passer outre les stéréotypes Paris-province, qui parfois frôlent le mépris de classe, et les poncifs sur la littérature, Le Mystère d’Henri Pick se laisse regarder. On pardonne volontiers à Rémi Bezançon certaines maladresses et des traits un peu forcés, les trois accords entêtants censés accentuer le suspense, et même le manque d’originalité des plans. Pourquoi ? Juste parce qu’il a mis face à face Fabrice Luchini et Camille Cottin.

Claire Brugier le 18/03/19

Programmes de Cinéma L'Île aux chiens // en version française Nous, les intranquilles La Révolution silencieuse

Publicité

Les dépêches

25/03/2019
Rugby - Un de chute pour le Stade à Nontron Lire la suite
24/03/2019
Une femme victime d'un viol à Poitiers Lire la suite
24/03/2019
Football/National 3 - Poitiers assure, Chauvigny craque, Montmorillon plonge Lire la suite
24/03/2019
Volley/Elite féminine - Précieuse victoire du CEP/Saint-Benoît à l'Institut fédéral Lire la suite
24/03/2019
Basket - La réserve du PB86 en Nationale 2 Lire la suite
24/03/2019
Volley - Le Stade enchaîne face à Cannes (3-0) Lire la suite
24/03/2019
Hockey sur glace - Les Dragons en quart de finale des play-offs Lire la suite
Archives

    Publicité


      les rubriques informations pratiques