Publicité
Accueil
Flash info

Accédez au dernier numéro du 7
en ligne

Publicité
cliquez ici >
Publicité




Bloc-notes

  • Sam. 6 oct. FESTI86/THÉÂTRE AMATEUR - 20h45 - Sexe, magouilles et culture générale de Laurent Baffie par la Pirouette Théâtre (59)
  • Vend. 5 oct. FESTI86/THÉÂTRE AMATEUR - 20h45 - Sacrées canailles de Charles Istace par les Utopistes (37)
  • Sam. 29 sept. FESTI86/THÉÂTRE AMATEUR - 14h45 - Les amis du placard de Gabor Rassov par La Belle équipe (Paris), suivi de A ta santé Hubert, de Claude Cohen par Vestiaire des filles (Castres)


Vie locale

Face à face

Citoyen du monde

Andrew Menzies, 38 ans, consultant indépendant. Aussi à l’aise en français que dans sa langue natale, cet Ecossais pur sucre, amateur de bonne chère, prodigue ses conseils aux entreprises poitevines en quête d’export. Signe particulier : a vécu plusieurs années au Qatar.

La France exhale un parfum d’exotisme. Aussi loin qu’il se souvienne, Andrew Menzies a toujours considéré l’Hexagone commeune destination de vacances pour « Ecossais privilégiés ». Pas banal, non ? Aujourd’hui, encore, le natif de Saint-Andrews s’émerveille de ses richesses patrimoniales et gastronomiques. Depuis cinq ans, il a posé ses valises à Poitiers, sur les terres d’attache de son épouse, Valérie, rencontrée à Glasgow. « Elle faisait son Postgraduate certificate (Ndlr : PGC) pour devenir prof dans le secondaire en Angleterre. »

Il l’a suivie à Cambridge, rangeant dans sa boîte à souvenirs ses premières armes de journaliste radio à la BBC. Ce titulaire d’une maîtrise en éducation, fin connaisseur d’histoire de l’art et de littérature, a animé quelque temps une émission avec et pour les enfants. « J’ai toujours cultivé le goût de l’actualité et de la connaissance du monde. » À cette époque, Andrew a croisé la route de David Shrigley, un artiste contemporain aujourd’hui mondialement connu. «J’aurais dû garder le contact ! »

EN KILT ET SAMOURAÏ


À défaut de s’acoquiner avec son compatriote, il a choisi de s’expatrier au Moyen-Orient. Du pur hasard. « Un jour, j’ouvre le Guardian et je vois cette annonce de job au Qatar pour une compagnie pétrolière. J’y réponds, par  curiosité. On me rappelle illico en me demandant si je peux venir la semaine d’après. J’appelle ma mère et je perçois un long silence… » Qu’importe, Andrew et Valérie Menzies s’envolent vers Doha le coeur léger, avec une pointe d’appréhension.

« Au départ, nous y allons pour six mois. » Ils y resteront cinq ans, à vivre « une vie de nabab » avec villa et piscine. Et à jouer au golf, aussi. Presque une seconde nature pour cet amateur éclairé. Qui, plus jeune, a même participé à la campagne de com’ de la réplique de Saint-Andrews, au Japon. En kilt et samouraï SVP. Encore une expérience… exotique.

Du Soleil Levant au soleil ardent du Qatar, l’Ecossais s’est mué en quelques années en expert de la formation au business anglophone. « Mon activité a évolué, j’ai mis en place un programme de elearning pour les employés  étrangers de Qatar petroleum. C’était enrichissant. En tout cas, ça a plu au cheikh… Euh, j’ai oublié son nom ! » Las… Toutes les (bonnes) choses ont une fin. En 2005, les Menzies décident de larguer les amarres direction  Poitiers city, histoire que leur fils (Finlay) grandisse dans un environnement plus proche du mode de vie occidental. Et puis, au bout de cinq ans, impossible de ne pas avancer l’argument culinaire. Épicurien converti, Andrew apprécie les bons vins et la nourriture française. « Là-bas, impossible ou presque de trouver un bon jambon… d’Aoste (sic)» Ni même un bordeaux millésimé. De ceux que le mari français de sa soeur écoule sur les bonnes tables écossaises, en sa qualité de sommelier.

Citoyen du monde, Andrew Menzies ? Par la force des choses et les circonstances de la vie, il incarne le prototype de l’homme universel.  Philosophe. Tolérant. Chaleureux. Et curieux aussi. Aujourd’hui, il distille aux cadres et dirigeants de la région ses conseils en matière de stratégie à l’export. Il va jusqu’à leur apprendre trois mille mots d’anglais à l’heure.

Surtout, si vous le croisez, ne lui parlez pas de boulot. Il se considère toujours en vacances.

Arnault Varanne le 07/01/11

Programmes de Cinéma Nous, les intranquilles Place publique Plaire, aimer et courir vite

Publicité

Les dépêches

19/09/2018
Basket/coupe de France - Le PB sans souci à La Rochelle (74-62) Lire la suite
19/09/2018
Disparition de Tiphaine Véron : le parquet de Poitiers ouvre une information judiciaire Lire la suite
18/09/2018
Radio - Edouard Baer s'invite à Poitiers le 30 septembre Lire la suite
18/09/2018
Nouaillé-Maupertuis : pétition en ligne pour la sécurisation du carrefour Lire la suite
17/09/2018
Un appel à témoins après la collision boulevard de Pont-Achard Lire la suite
16/09/2018
Rugby : le Stade poitevin s'impose face au Club ominisports couronnais Lire la suite
16/09/2018
Handball - Nationale 2 féminine : la victoire de Grand Poitiers face à Vierzon Lire la suite
Archives

    Publicité


    Publicité
      les rubriques informations pratiques